Le frelon asiatique au Salon International Agricole

GroupeFrelonsAlors que le survol de Paris par des drones inquiète les Parisiens, un vol de frelons asiatiques s’est abattu sur le Salon Agricole mercredi 25 février 2015 Porte de Versailles. Ils étaient venus de Gironde, du Finistère, du Centre et des alentours de Paris.

 

Abeillaud au Salon Agricole Par petits groupes de 2, 3 ou 4, ils ont déambulé dans les allées des différents bâtiments, arguant leur caricature (c’est fou ce qu’on parle de caricatures en ce début d’année) poursuivant un « Abeillaud » (petite abeille sauvage) très attractive et remuante. Et comme en septembre sur les fleurs de lierre, ils étaient partout ou il y avait de l’agitation médiatique, Politiques, Décideurs ou Producteurs, caméras, micros et surtout Curieux intrigués par ces Aliens masqués et déguisés en frelon asiatique qui faisaient tout pour montrer que le frelon asiatique s’immisce partout, même là où on ne l’attend pas.
MasquéSIAEn fait, ils avaient amené avec eux, le fameux piège à femelles fondatrices 100% sélectif.
«  »" Vous avez bien de la chance Madame ! Si vous étiez une abeille, je vous aurais déjà croquée ! Car je suis le frelon asiatique ! ! ! …
ExplicationPièges Mais rassurez-vous, vous ne seriez pas la seule ! Chaque année, Il me faut environ 100000 abeilles rien que pour ma colonie ! ! ! …
A moins que vous ne soyez munie d’un exemplaire de ce piège 100 % sélectif »" »
C’est ainsi qu’ils démarraient toute conversation pour attirer, intéresser et informer les visiteurs du Salon. Poursuivant par l’explication très précise du fonctionnement du piège, si facile à fabriquer soi-même.
F3-SIACela a beaucoup plu à France 3 Bretagne qui a fait quelques interviews en vue d’un reportage sur l’invasion de la Bretagne par cet envahisseur. Madame VOYER était là pour témoigner de l’attaque mortelle de son mari en octobre 2014.

 

Piège 100% sélectifQuelques Personnalités présentes ce jour là, ont eu droit elles aussi à la même mise en bouche, avec en prime un exemplaire du piège 100% sélectif.
Des exemplaires à étudier et valider, furent aussi confiés à quelques organismes très sérieux, ayant pignon sur rue, dont l’ANSES et l’INRA.

 

Piège-LeFollLe meilleur moment fut juste avant la fermeture : la rencontre, brève il est vrai, avec Stéphane LE FOLL qui a confirmé à Denis JAFFRé qu’il préparait le classement de « vespa velutina » en nuisible de 1ère catégorie et qu’en même temps l’INRA était en charge de proposer un piège.

Piège à femelles fondatrices 100% sélectif – version AAAFA 2015

Présentation de la nouvelle version du piège AAAFA 2015, réputé 100% sélectif ! Fini la controverse sur le piégeage !
Voici la nouvelle version de pièges 100% sélectif pour femelles fondatrices de « vespa velutina« , à utiliser du 15 février au 1er mai.
C’est une version améliorée de la version précédente.Piège 100% sélectif

Il est équipé d’un dispositif de limitation en taille à l’entrée (9mm) : les femelles fondatrices de « vespa crabro » (frelon européen) et les papillons sont attirés mais ne peuvent pas entrer.
Un dispositif de limitation en taille à la sortie (5 à 6 mm) retient la femelle fondatrice « vespa velutina« , elle ne peut pas ressortir, sauf à remonter la nasse, chose qui peut arriver.
Le rond de mousse au fond de la bouteille est à imprégner jusqu’à saturation de l’appât alimentaire classique et bien connu : (bière brune + miel ou cidre + sirop ou jus de cirier), ce rond de mousse permet un réchauffement plus rapide de l’appât dès l’apparition d’un rayon de soleil, une évaporation accrue, un rayonnement plus large des arômes attractifs. Ce rond de mousse évite la noyade aux petits insectes attirés aussi dans le piège. Ils s’y régalent et repartent tranquillement par la fenêtre sélective, se faire croquer par les oiseaux des environs.
Le haut de la bouteille est articulé et peut être enlevé et remis (voir vidéo à venir) :
- Sa rotation avec la main, peut entraîner la fermeture de l’accès haut, enfermant assurément « vespa velutina » en attendant de s’en occuper.
- le basculement en tirant vers le haut permet d’ouvrir le piège, de refaire le plein d’appât, de sortir le cône renversé pour le nettoyage et faire le ménage, si vous n’y arrivez pas il est probable que les surfaces plastiques en contact soient collées par des coulures de l’appât qui est sirupeux et donc collant, il suffit de laver en trempant dans l’eau et d’appâter à nouveau avec précaution.

La vidéo montre comment manipuler la partie haute.
Pour l’élimination de « Vespa Velutina » : 1 heure au réfrigérateur ou au congélateur la fait entrer en hibernation permettant l’ouverture du piège afin d’accéder au spécimen en l’écrasant avec une pince ou en le découpant avec une paire de ciseaux.
Conseils et astuces d’utilisation :
1 – installer le piège dès qu’il fait + de 13°Celsius
2 – installer le piège près d’un tas de bois, d’un plan d’eau, ou / et dans des zones fleuries (fleurs riches en nectar ou butinent les abeilles et plus particulièrement dans les camélias d’hiver à fleurs simples très riches en nectar)
3 – installer le piège idéalement tous les jours entre 10h00 et 15h00, de façon à le vérifier, le recharger en appât et traiter les frelons asiatiques éventuellement capturés
4 – retirer impérativement les pièges au 1er mai, les femelles fondatrices restent au nid dès la naissance des premières ouvrières nouvelle génération, et n’en ressortent plus. Nettoyer le piège et son rond de mousse et l’entreposer en attendant le 15 février prochain.
5 – vous avez entre les mains, un piège à femelles fondatrices de frelon asiatique « vespa velutina« , n’éliminez que cette espèce, Dame Nature vous le rendra !

Attention !!! …
Toute copie ou plagiat est autorisé, sinon recommandé et encouragé !
Pour information sur la fabrication en série, voir « Le Blog de JP33″ :
Et pour ceux qui ont compris qu’on peut en commander des « tout fait » pour pas cher, mais en nombre :

C’est le printemps ! Les frelonnes sont de retour ! Le piégeage de printemps aussi ! Sélectif bien sur !

Au sortir de l'hiver, dès que les températures atteignent 13°Celsius, les femelles fondatrices "vespa velutina nigrithorax" sortent de leur hibernation.

Au sortir de l’hiver, dès que les températures atteignent 13°Celsius, les femelles fondatrices « vespa velutina nigrithorax » sortent de leur hibernation.

Cette année 2014, le printemps tombait le jeudi 20 mars ! Et dès que les températures dépassent les 13°Celsius, les femelles fondatrices de « vespa velutina nigrithorax » commencent leur sortie d’hibernation, suivant l’endroit de leur cachette, plus ou moins isolée, au soleil ou à l’ombre. Les premières sorties ont eu lieu le 24 février.

 

Cette fleur de camélia à fleur simple, floraison en février mars, est très riche en nectar. A leur sortie d'hibernation, les femelles de frelon asiatique y trouvent l'énergie des rares sucres disponibles à cette époque de l'année .

Cette fleur de camélia à fleur simple, floraison en février mars, est très riche en nectar. A leur sortie d’hibernation, les femelles de frelon asiatique y trouvent l’énergie des rares sucres disponibles à cette époque de l’année .

La première préoccupation des frelonnes rescapées de l’hiver, est la recherche de nectar (sucres naturels générés par les fleurs) dont elles se nourrissent. Il leur faut reprendre des forces et se refaire une santé. Les fleurs mellifères sont rares en fin d’hiver. Si la fleur est généreuse en nectar comme le camélia d’hiver à fleur simple, la régalade dure 15 à 30 secondes, et plusieurs minutes sur le laurier thym en fleur. Puis elle procède à une toilette minutieuse et finit par 5 minutes de sieste au soleil en position d’hibernation tant qu’elle n’a pas démarré son nid. Mais dès que le nid est commencé, la sieste n’est plus d’actualité et la vie s’accélère. Les allers-retours sont espacés de 10 à 20 minutes, en revenant sur la fleur déjà visitée, jusqu’à épuisement du stock de nectar de la fleur.

Ce piège sélectif retient le frelon asiatique et insectes plus gros sans les noyer, il suffit de les libérer sauf le frelon asiatique.

Ce piège sélectif retient le frelon asiatique et insectes plus gros sans les noyer, il suffit de les libérer sauf le frelon asiatique.

On comprend vite pourquoi le piégeage de printemps sera très efficace pour capturer les femelles fondatrices de frelon asiatique, avec appât aromatisé et sucré. En effet, si toutes les frelonnes du quartier sont piégées, il n’en restera aucune pour faire un nid dans les parages. Afin d’éviter les risques collatéraux sur la biodiversité, sélectivité et surveillance sont les règles principales à respecter. Le piège sélectif ci-contre est présenté sans appât.

 

Le rond de mousse évaporateur et anti noyade est essentiel. Ce n’est pas la mousse d’une bonne bière. C’est de la mousse à bulle ouverte, c’est à dire spongieuse. Elle absorbera l’appât liquide que vous mettrez dans le piège, offrant une surface presque sèche et facilitant l’évaporation et l’émanation des arômes. La fenêtre du bas de la bouteille et celle du haut génèreront une convection naturelle, augmentant ainsi le rayon d’attraction du piège et évitant la surchauffe dans le piège. Le rond de mousse anti noyade permet aux insectes de passer un agréable moment dans le piège, à s’y restaurer, y boire et chanter peut-être. Le soir venu, la hauteur (5.5 mm) de la fenêtre sélective autorise la sortie des insectes plus petits que « vespa velutina ». Les gros insectes seront relâchés, sauf le frelon asiatique qu’il suffira d’éliminer.

Appât alcoolisé et sucré : bière brune + miel, sirop fruits rouges ou jus de cirier

Règles à respecter pour que l’appât soit attractif et efficace :

  • - légèrement alcoolisé pour repousser les abeilles et bourdons,
  • - légèrement alcoolisé pour que les arômes soient plus volatiles,
  • - arômes de bière brune et cassis, fruits rouges, miel ou jus de cirier,
  • - piège placé au soleil pour favoriser l’évaporation augmentant ainsi le rayonnement,
  • - l’ajout de vin, a tendance à entrainer de la moisissure en surface,
  • - ajout de bière nécessaire dès que la mousse s’assèche (de 3 à 7 jours).

Petit détail qui fait le « plus » : Le peu de liquide (10 à 15 cl) contenu dans le rond de mousse spongieuse du piège (contrairement aux pièges basés sur une grande quantité de liquide trop long à réchauffer) s’évaporera assez vite et rayonnera dès les premiers rayons de soleil. S’il n’y a pas de rajout de bière, l’appât s’évapore en quelques jours, le piège perd son attractivité. Cette particularité viendra rattraper l’éventuel laxisme ou l’insouciance d’un « Poseur de piège » peu concerné par l’impact d’un piège insuffisamment surveillé !
La biodiversité n’en subira pas les conséquences longtemps.

 

Savoir les reconnaître : frelon « asiatique » ou « européen » ?

Savoir de quoi on parle et connaître les différences est essentiel en matière de frelons.

Le « frelon européen » du nom latin « vespa crabro » est un gros hyménoptère autochtone, une grosse guêpe si vous préférez. Il est implanté en Europe depuis plus longtemps que l’Humain. Il est protégé dans les pays plus au nord, mais il fait frémir dans les vergers car c’est un concurrent redoutable de l’Homme, régnant sur les fruits les plus murs. Les soirs d’été, il sait gâcher les festivités sur les terrasses proches des bois, les rendant inaccessibles aux personnes allergiques aux piqûres d’insectes. Autrefois, les « Anciens » disaient des piqûres de frelons (européens) << 3 piqûres tuent un Homme et 9 un Bœuf ! >> à l’époque on ne connaissait pas son cousin germain et envahissant le « frelon asiatique » du nom latin « vespa velutina nigrithorax » appelé aussi « frelon d’Asie », « frelon chinois » ou « frelon à pattes jaunes » et les effets de piqûres multiples n’étaient pas à craindre car le frelon européen n’attaque pas en groupe et ne pique que si vous entrez en contact en croisant son chemin.

Contrairement au « frelon européen », le « frelon asiatique » attaque systématiquement en rafale dès que l’on s’approche trop près du nid qu’il sent menacé et s’acharne tant que l’on reste à proximité. Plus le nid est gros et plus la distance de sécurité à respecter est grande. Toujours contrairement au frelon européen, de nuit, l’asiatique n’est pas attiré par la lumière, toute la colonie reste au nid et vous laissera profiter de votre terrasse. Au butinage et loin du nid, il n’est pas agressif mais plutôt fuyant.

Eh oui, savoir faire la différence est la première des choses à considérer quand on parle des frelons et de sélectivité !

Ici les photos montrent des femelles fondatrices photographiées au printemps. On dit que la nuit, tous les chats sont gris, cependant pour les frelons en plein soleil les différences de couleurs sont caractéristiques, ainsi que la grosseur s’ils sont disposés cote à cote !

frelon asiatique différent du  frelon crabro

frelon asiatique différent du frelon crabro

crabro et velutina - vue de dessus

crabro et velutina – vue de dessus

frelon asiatique et frelon européen de face

frelon asiatique et frelon européen de face

velutina et crabro sont différents

velutina et crabro sont différents

A noter

- les pattes du « frelon asiatique » ou « frelon à pattes jaunes » sont bicolores : noires près du thorax, et jaune citron en moitié extrême. Les pattes du « frelon européen » sont entièrement marron.

- le thorax de « vespa velutina nigrithorax » est comme son nom latin l’indique : noir et velu. Celui de « vespa crabro » est bicolore : marron et roux, et tout aussi velu.

- l’abdomen du « frelon asiatique » comporte un gros anneau orangé vers son extrémité vue de dessus. Celui de l’européen est entièrement jaune citron, ciselé finement de noir avec de fines gouttes noires.

- la tête du « frelon asiatique » est noire avec la face orange plus allongée, alors que celle de l’européen est brun roux avec la face jaune et plus arrondie.

- la femelle fondatrice « vespa crabro » (jusqu’à 4 cm) est franchement plus grosse que la femelle fondatrice « vespa velutina nigrithorax » (environ 3 cm).

Sélectivité et atractivité, c’est à l’intérieur du piège !

Le frelon asiatique a du nez, c’est sûr !

L’essentiel est à l’intérieur du piège ! C’est l’appât, ses arômes et le rond de mousse !

Le plus important, c’est le rond de mousse à bulle ouverte, flottant et absorbant comme l’éponge. Il permet à tous les insectes entrés dans le piège de ne pas s’y noyer, ni même de s’y engluer !

Ce rond de mousse augmente la surface d’évaporation de l’appât liquide (bière + miel), rendant le piège plus attractif et rayonnant largement les arômes dégagés par l’appât !

En fin d’hiver les températures sont, en général, peu élevées. Le moindre rayon de soleil peut être mis à profit pour le réchauffement rapide de l’appât liquide seulement si sa quantité est faible. La formule du rond de mousse avec peu de liquide rend le piège bien plus attractif et plus rayonnant que ceux contenant une grande quantité de liquide trop long à réchauffer.

Ces arômes se dissiperont d’autant plus, si le corps de la bouteille comporte une entrée d’air en bas et une sortie haute : une convection naturelle s’établira, entraînant les effluves vers le goulot de la bouteille ! La cerise sur le gâteau est que la température à l’intérieur de la bouteille ne sera pas excessive et les gourmands s’en porteront que mieux !

Un rajout régulier de bière brune sera nécessaire, sinon le piège s’asséchera vite et perdra toute attractivité ! Les laxistes qui oublieront leurs pièges sans surveillance ne feront pas de dégâts collatéraux très longtemps !

La constitution de l’appât est importante ! En février et mars, les sucres sont rares dans la nature ! Or les femelles fondatrices frelon asiatique se nourrissent de sucres et en ont besoin pour retrouver un peu de vigueur, il faut donc que l’appât soit sucré ! L’ajout d’alcool servira à repousser : abeilles et bourdons qui ont horreur de ça ! ! !

La recette est donc simple : liquide alcoolisé (bière brune ou blonde ou vin blanc) y ajouter du miel ou un sirop aromatisé (cassis, Picon ou autre encore). La recette la plus courante est : bière brune « Pelfo-th brune » pour ses arômes qui semblent plaire énormément à « vespa velutina » et du miel, car très prisé aussi ! Et ça marche très très bien pour le piégeage de printemps !

Le revers de cette médaille très attrayante de ce piège si sélectif est que : si le frelon ne se noie pas, il a tout à loisir de faire fonctionner ses méninges pour trouver la sortie ! Eh oui le frelon asiatique est malin, pour ne pas dire intelligent ! En effet, sa ténacité risque fort de lui donner la chance de trouver la sortie du goulot, celle qui sert de nasse !

Alors la parade est simple, il suffit de profiter de l’attractivité du piège, nettement supérieure aux autres modèles, pour ne le mettre en place, ou le rafraîchir en appât, que lorsque l’on peut le surveiller régulièrement. Par exemple le samedi et dimanche entre 11h00 et 16h00 si les températures s’y prêtent (>13°C). Et rassurez-vous, ça suffit amplement pour attraper toutes les frelonnes du quartier ! Ne croyez pas que les frelonnes font des kilomètres pour se restaurer, celles qui passeront dans les environs sont à la recherche de sucres et elles seront très attirées par le menu que vous leur proposerez au moment ou vous leur proposerez. Alors n’hésitez pas, maitriser son piège est « bénéfique pour la Biodiversité » mais aussi « encore plus méritoire » !

Une fois prise au piège, la frelonne doit être éliminée ou maîtrisée rapidement. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

1 – élimination de la frelonne :
- passage bref au micro-onde (10 à 30 secondes) après avoir ôté les armatures métalliques du piège et avoir pris les précautions d’hygiène (la précaution d’hygiène consiste à mettre le piège dans une poche plastique, style poche de congélation, afin d’éviter d’éventuelles projections ou propagations inadaptées à un milieu alimentaire) :
- la couper en deux avec une paire de ciseaux, une fois endormie pendant 1 heure au réfrigérateur et après avoir pris les précautions d’hygiène,
- ou l’écrabouiller après une heure au réfrigérateur ou au congélateur, toujours après avoir pris les précautions d’hygiène,
- Remettre cette frelonne assurément morte dans le piège, devrait attirer un peu plus encore les autres frelonnes ? C’est ce qui se dit et qui a été constaté, surtout par ceux qui en capturent beaucoup !

2 – maîtrise de la frelonne comme appât vivant à l’intérieur du piège :
- après une heure au réfrigérateur, certains préfèrent leur couper une aile, afin qu’elle attire les autres en s’agitant dans le piège, une fois réveillée. Même si elle trouve la sortie, elle ne pourra plus générer de colonie.
- à moins qu’une fois endormie au réfrigérateur, vous ne préfériez lui passer un fil autour de la taille afin de la retenir dans la nasse, mais attention elle risque fort de couper le fil avec ses mandibules et trouver la sortie.

A vous de voir et bonne chasse !

critères de sélectivité : entrée du piège

La sélectivité du piège peut être améliorée à l’entrée du piège !

Il existe plusieurs solutions :

- Une fenêtre limitée en hauteur (9 millimètres maxi) avec plage d’accès, va empêcher tout insecte plus gros que la femelle fondatrice de frelon asiatique, de pénétrer dans le piège !

Le bouchon percé limite la grosseur des insectes pouvant entrer.

Le bouchon percé limite la grosseur des insectes pouvant entrer.

- La grosseur du trou d’accès peut aussi faire l’affaire ! La solution la plus courante consiste à percer le bouchon de la bouteille, de 3 trous ronds de 9 millimètres de diamètre (adoucir les bords) et de le revisser sur le goulot coupé et renversé, servant de nasse. Cependant l’accès sera moins attractif pour les frelonnes qui auront tendance à chercher ailleurs une entrée moins escarpée ! Derrière le trou, c’est le vide et la chute assurée !

 

 

Le toit peut coulisser sur le fil de fer servant d’accroche à l’ensemble.

Toit ajustable en hauteur

Toit ajustable en hauteur

- On peut aussi installer des entretoises sous le toit, sur le tracé du rebord de la bouteille. Les papillons, par exemple, ne pourront plus entrer dans le piège et les femelles fondatrices de « vespa crabro » ou « frelon européen » non plus, si la hauteur des entretoises est de 9 millimètres.

Entretoise sélective facile et amovible

Entretoise sélective facile et amovible

Toit à entretoise

Toit à entretoise

Critères de sélectivité : calendrier du piégeage

Sélectivité climatique liée à la température extérieure et donc au calendrier annuel !

Dès le 15 février chaque année, quand les températures atteignent 13°C, les femelles fondatrices frelon asiatique sortent des cachettes où elles ont hiberné, et recherchent de la nourriture : sucres issus des rares fleurs disponibles au sortir de l’hiver ! Appâter avec des sucres est donc une formule qui convient parfaitement !

Les frelons crabro ne sortent de l’hibernation que lorsque les températures atteignent les 20°C. Du 15 février au 1er mai, chaque année si la climatologie est normale, les frelons asiatiques capturés ne peuvent être que de femelles fondatrices frelon asiatique !

En les capturant au sortir de l’hiver, vous évitez qu’elles ne fondent leur colonie qui peut atteindre plusieurs dizaines de milliers d’individus qui engloutiront quelques centaines de milliers d’abeilles ou d’insectes durant l’année ! Chaque nid généré par une femelle fondatrice représente une véritable perte massive pour la biodiversité, irréparable pour les espèces rares !

Dès que les premiers frelons (nouvelle génération aux environs du 1er mai) arrivent à l’âge adulte, ils remplacent la femelle fondatrice dans ses tâches d’approvisionnement, de construction et de nourrissage des larves. A partir de ce moment là, la femelle fondatrice devient « reine » et ne sort plus du nid. Elle ne fait plus que pondre et ne mourra qu’à l’automne.

Il est donc clair qu’il n’y a qu’au printemps que l’on peut capturer les femelles fondatrices qui vont générer les colonies de milliers de frelons asiatiques de l’année en cours. Il est tout aussi clair qu’un frelon capturé au printemps ( du 15 février au 1er mai, hors aléas climatiques ) est une femelle fondatrice.