DESTRUCTION DES NIDS TRES HAUTS – TIRS AUX FUSILS

La destruction de nids très hauts n’est pas simple et peut coûter très cher. Beaucoup ont pensé sortir leur fusil de chasse et tirer dans le tas. Cette méthode est très décriée et ne parait pas sérieuse. Pourtant à bien y regarder et en la préparant très sérieusement, cette solution peut être efficace, peu onéreuse, et n’utilise pas de pesticides.

PROTOCOLE de DESTRUCTION au FUSIL de CHASSE pour Nid de Frelons Asiatiques très haut.

En retour d’expérience de la destruction expérimentale au fusil, réalisée en Finistère à LOCMELAR, d’un nid de frelons asiatiques à plus de 20 mètres de haut dans un peuplier, le Vendredi 24/10/14 à la tombée de la nuit (19h30 – heure d’été). Cette destruction a eu lieu au fusil, les autres méthodes étant irréalisables dans le contexte du site.

Voici le « protocole » mis en œuvre :
Cette méthode ne peut s’appliquer que dans des conditions environnementales propices : zone sans habitations dans l’axe du tir, pour la retombée des plombs*. Elle doit s’appliquer à la tombée de la nuit afin que toute la colonie de frelon soit présente au nid. S’il s’agit d’une zone humide (fréquent), utiliser des plombs* spécifiques adaptés à cet environnement (billes d’acier).
Le fusil est de calibre 12 (charge plus grande) et les plombs* utilisés sont du N° 1 ou 2 dans le canon le plus choqué, afin de déstructurer le nid. Cette cartouche devra être tirée d’abord, dans le canon correspondant à la 2ème détente. Le canon correspondant à la 1ère détente est équipé d’une cartouche à plombs* n°6 qui sera tirée tout de suite après la première. Les 4 tireurs font feu de leurs deux cartouches à suivre, puis le 5ième tireur disposant de plombs* N°10, ou de « grisette » N°12 dans les 2 canons, tirera ses deux cartouches immédiatement après les autres tireurs (1/2 seconde), pour assurer un arrosage global du nid et de son environnement au cas où quelques insectes auraient pu passer au travers de la 1ère salve (8 cartouches). Plus la hauteur du nid est importante, et plus les canons devront être choqués (resserrés à l’embouchure). Pour 20 m de haut, un fusil classique convient très bien.
Élément primordial : un compte à rebours doit être lancé, afin de synchroniser le départ du feu des quatre premiers tireurs en simultané. Étant donné le bruit provoqué, il est souhaitable d’équiper les tireurs de protections auriculaires individuelles. Il n’est pas utile de prévoir un voile de protection pour les tireurs car aucun frelon ne quittera le nid vivant.
Il y avait 7 tireurs alignés présents, mais 5 est le nombre minimal indispensable pour éviter les déboires connus lors d’essais précédents dans d’autres régions.
La gendarmerie avait été informée et l’accord de Monsieur le Maire obtenu (présent lors de l’opération). Les voisins (assez éloignés) avaient également été prévenus. Requête avait été faite auprès du Président de la Société Communale de Chasse pour trouver des candidats (vite trouvés et très volontaires pour éliminer cet envahisseur venu d’Asie ….).

Constat & résultats :
À l’issue des tirs, pas un seul frelon n’avait pu s’échapper du nid. Objectif parfaitement atteint. Moins d’une minute plus tard, un frelon hagard tournait autour de la passoire de papier qu’avait été son nid, il s’agissait d’un frelon en retard de butinage pour son retour au bercail. L’ensemble de la structure du nid ne s’est pas décroché car il n’y a pas eu de tirs croisés et l’humidité des jours précédents avait ramolli sa structure. Visite sur site le lendemain matin : Grosse surprise, une dizaine de frelons tournent autour des restes du nid, la déduction est vite faite, tous les frelons n’étaient pas rentrés la veille au nid, un petit nombre de jeunes fondatrices préparaient leur départ et revenaient au nid se ressourcer ou chercher de la chaleur auprès de leurs congénères avant de repartir peut-être définitivement.…. Même si la destruction du nid a été parfaite grâce à ce protocole, à cette date, (fin octobre) il est donc déjà tard pour assurer une destruction complète de la population des nids. Des coupelles d’appâts sucrés ont été disposées alentours pour tenter des captures avec bâtonnet de glu arboricole et des pièges sélectifs d’AAAFA ont également été disposés. L’expérimentation de cette méthode sera poursuivie pour confirmation de ces résultats encourageants et pour l’affiner.
L’opération doit être menée sous la responsabilité du Président de la structure associative de chasse locale pour l’organisation, avec l’aval (arrêté) du Maire ou de l’élu en charge de l’Environnement sur la Commune.
À diffuser sans retenue dans les réseaux du monde de la chasse et des municipalités confrontées aux coûts non négligeables des interventions classiques en hauteur lorsque les conditions environnementales le permettent.
Cependant, la solution pérenne de contrôle de l’invasion de « vespa velutina » sur le territoire des intercommunalités, dans un souci de maîtrise des coûts, passe par la formation de personnels, agents territoriaux, pour la neutralisation des nids, la mutualisation des moyens à mettre en œuvre et la mise en place, en réseau, du Dispositif de Régulation Actif et Sélectif (le BCP) qui permet la capture des reines au printemps. Ce dispositif évite la présence des nids, leur destruction et les coûts associés.

Cette opération a permis de démontrer la qualité du Protocole de destruction d’un nid de frelons asiatiques aux fusils de chasse, mis au point par Denis JAFFRÈ, validé par le Maire et le Président de la Société Communale de Chasse et sous leur contrôle.

Articles de Presse sur le sujet :

SUD-OUEST à Belves en Dordogne, juillet 2015

FIGARO Jardin, octobre 2016

LE TELEGRAMME à Landivisiau en Finistère« , septembre 2015