Cycle de vie d’une colonie et piégeage de printemps

La biologie du frelon asiatique comporte encore des mystères

La femelle fondatrice de frelon asiatique « vespa velutina nigrithorax » ne vit qu’une année. Le cycle de la colonie et le nid qu’elle génère est donc annuel.   Sa vie commence en automne et sa fécondation a lieu avant l’hiver. Beaucoup d’éléments d’observation me laissent à penser que la fécondation a lieu dans la chambre supérieure du nid. Et que les femelles fondatrices mettent la main à la patte pour nourrir les larves et les mâles jusqu’aux premiers gels sérieux.

Aux premiers gels sérieux, les jeunes femelles fondatrices nouvelle génération, quittent le nid et trouvent une cachette pour passer l’hiver. Le reste de la colonie est abandonné à son triste sort, pénurie de nourriture et froid viennent à bout de la colonie et la structure se dégrade avec les intempéries. Les oiseaux y trouvent un maigre retour par rapport aux pertes subies.

Dès les premières douceurs de mi février (>13°C), les femelles fondatrices sortent d’hibernation, tout au moins celles dont la cachette permet un réchauffement rapide. Pendant quelques jours, elles se refont une santé si elles arrivent à trouver les sucres énergisants dont elles ont un besoin vital. Les rescapées démarrent un nouveau cycle infernal. Chacune sera seule pour fonder une nouvelle colonie : construire le nid (une alvéole chaque jour), pondre (un œuf chaque jour), se nourrir et nourrir ses larves jusqu’à ce qu’elles deviennent nymphes, puis adultes ouvrières, 45 jours après la ponte de l’œuf. Pendant cette période (du 15 février au 1er mai), elle est seule à assumer la survie de sa colonie. Contrairement aux abeilles, la femelle fondatrice passe la plupart de son temps en dehors du nid, jusqu’à la naissance des premières ouvrières, 45 jours après la ponte du premier œuf, c’est à dire aux environs du 1er mai. Après les premières naissances, la femelle fondatrice est remplacée dans son labeur, elle ne sortira plus du nid, elle ne fera plus que pondre comme une reine jusqu’à 100 œufs par jour et jusqu’à épuisement en automne.

Le moment clé pour piéger les femelles fondatrices, se situe donc au sortir de l’hibernation jusqu’au 1er mai (en fonction des aléas climatiques de l’année) ! ! ! . . . Pendant cette période, leurs besoins sont des sucres pour elles, des protéines pour nourrir les larves, des fibres de bois et de l’eau pour construire l’ébauche de la structure du nid. Il a été observé et cela s’explique peut-être, qu’elles ne s’aventurent pas près des ruches, car c’est trop dangereux pour elle et la survie de la colonie en dépend. Même si « vespa velutina nigrithorax«  s’est vite acclimaté à nos territoires nouvellement envahis, dans son environnement d’origine (asie du Sud-Est), sa présence devant une ruche est beaucoup trop dangereuse. Les abeilles, là-bas, ont appris à se défendre jusqu’à conditionner les gênes de la femelle fondatrice de « velutina ». Ca risque donc de durer encore quelques années, sauf peut-être dans les Landes où les frelonnes ont très vite compris et n’hésitent pas à braver ce danger, sans réaliser qu’il faut braver aussi le « Poulet des Landes« , très friand justement des frelons des ruches.

Il est incontestable qu’une fondatrice piégée et éliminée, ne fera jamais de nid ! Il est incontestable aussi que, si une fondatrice mène à bien sa colonie, c’est bien parce qu’elle n’a pas été piégée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle : piéger seul dans son coin ne suffit pas ! Il faut mobiliser le voisinage au plus large autour d’un nid découvert trop tard, et non détruit avant les premiers gels sérieux, afin d’essayer de toutes les piéger. La biologie du frelon n’a rien à voir avec celle de l’abeille. Une ruche (abeille) fait des réserves et la reine vit plusieurs années, elle ne sort pas de la ruche sauf pour essaimer ailleurs. La colonie de frelon meurt sans laisser de réserves, les rescapées de l’hiver devront tout refaire.

L’observation de l’invasion indique qu’en moyenne, le nombre de nids est multiplié par 5 l’année suivante si rien n’est fait (pas de destruction de nid et pas de piégeage de printemps).

Dans certaines zones test, le piégeage de printemps bien mené, a montré son efficacité. Si l’invasion gagne du terrain, c’est bien parce que très peu de monde piège au printemps. Les controverses sur les effets collatéraux du piégeage sans préciser que les pièges utilisés étaient de vulgaires pièges à guêpes du commerce (réputés abattoirs à insectes) ont semé le doute sur l’utilité et l’efficacité du piégeage de printemps. Cela a encouragé  le « ne rien faire » en facilitant la propagation de « vespa velutina« . Il eut été judicieux de faire les mêmes études avec des pièges sélectifs, même s’ils ne sont pas parfaits. D’ailleurs existe-t-il quelques chose de parfait.

Le piégeage est un acte pouvant être lourd de conséquences, l’utilisation de pièges sélectifs est essentiel, leur surveillance est aussi essentielle pour éviter les dégâts collatéraux. Cette année, AAAFA a mis au point une nouvelle version 2015 de son piège réputé sélectif, celui là est auto proclamé  »piège 100% sélectif »

 

11 réflexions au sujet de « Cycle de vie d’une colonie et piégeage de printemps »

  1. Nous avons eu il y a 2 ans des frelons asiatiques avant de trouver le nid (en hauteur) chez un voisin. Ces frelons étaient nichés dans notre lierre sur un le grillage d’une petite entreprise qui nous sépare. Mon mari a réussi à en piéger beaucoup et très gros dans des petites bouteilles plastique coupées, (remplies à 1/3 de chaque, de sirop de grenadine, bière et eau). Vous accrochez les bouteilles là où virevoltent les sacrés frelons aux branches d’arbres ou autres endroits et là je peux vous dire qu’ils sont attirés par le sucre…. mais cela ne fait pas disparaître le nid…. Alors cette année nous attendons de voir avec le propriétaire ou est toujours le nid. Les frelons ne sont pas encore réapparus. Nous craignons beaucoup car nous avons nos petits enfants qui jouent bien évidemment dans notre jardin !!!!!!! Merci de nous avoir lus.

  2. A l’automne, de nombreux frelons asiatiques tournoyent sur les lierres et y butinent tout en attrappant quelques insectes au passage. Ceci révèle la présence d’un nid dans les environs, mais en aucun cas dans le lierre en question. Repérer l’axe d’arrivée et de départ des frelons, aide à trouver le nid dans l’axe qui donne la direction, la distance peut aller jusqu’au kilomètre. Bon courage, sinon piègeage sélectif de printemps ou chasse de printemps est une bonne précaution dès le 15 février suivant, jusqu’au 1er mai.

  3. BONJOUR,
    NOUS HABITONS NIORTdan les deux sèvres. Notre fille habite avec ses deux filles la même ville, mais pas le même quartier. Lors de notre dernière visite, nous avons constaté qu’un grand pin abritait un nid de frelon asiatique compte tenu de l’importance de celui-ci, ma fille a choisi d’aviser le propriétaire du terrain sur lequel se trouve cet arbre. Cette personne a répondu que cela ne craignait rien donc, il ne ferait rien….Nous craignons pour nos petites filles qui jouent souvent dans leur jardin -(piscine trampoline etc…)Que peut-on faire sans générer un conflit de voisinage ?La mairie de NIORT N’apporte aucune solution.

  4. Bonjour,
    je me permets d’intervenir car j’ai régulièrement détruit des nids de frelons asiatique allant jusqu’au mètre de diamètre. Bref, il existe des sociétés privées qui viennent détruire ces nids mais tout cela a un cout (non négligeable par ailleurs).
    Je pense que le piégeage est une très bonne solution pour arriver à éradiquer ce nid qui vous embête. A force de prendre des individus dans votre piège le nid va mourir définitivement par faute d’habitant et grâce aux éléments climatiques. De plus cela permet d’expliquer aux générations futures comment lutter contre les nuisibles, sans produit chimique.
    En dernier recours, si vous voulez vraiment l’enlever définitivement, et que la hauteur effraie les spécialistes du piégeage, il y a toujours la solution « pompier » mais celle ci est malheureusement onéreuse également. Non pas que les pompiers rechignent à le faire mais des procès pour « concurrence déloyale » les obligent désormais à facturer ce type d’intervention (entre 100 et 800€ environ suivant les départements et le matériel nécessaire).
    Bon courage.

  5. Vous aurez remarqué que cette vidéo est sans commentaires. Elle parle d’elle même ! Faut-il encore bien observer et ne pas s’abstenir de lire les différents articles du site, sur la dangerosité de la proximité d’un nid de frelon asiatique, sur les précautions à prendre impérativement comme l’épaisseur des vêtements à porter sous la protection d’apiculteur de l’intervenant. Le caméraman est aussi bien protégé jusqu’à la fin de l’opération, c’est à dire jusqu’à l’éradication complète y compris tous les frelons de retour pendant la demie-heure qui suit. Le filet à papillon est très utile et très efficace car l’endroit du nid est tout à fait accessible. En haut d’un arbre, une autre technique est à mettre en oeuvre et cela peut être fait de jour et toujours sans insecticides, car ils sont à bannir !
    Cette vidéo montre un nid dangereux de part le fait qu’il est déjà suffisamment important pour infliger des attaques violentes et populeuses à celui qui n’aurait pas pris conscience du danger ! Ce nid est à portée de main, dans un endroit particulièrement passant : la porte d’entrée et il est très proche de la tête du passant (heureusement les propriétaires étaient absents depuis plusieurs mois).
    Malheureusement le piégeage après le 1er mai, ne suffit pas à éradiquer un nid. Le piégeage n’éradique un nid que de février à mai car c’est la reine que l’on attrape à cette saison là, et sans la reine le nid est voué à sa perte ! Après les premières naissances nouvelle génération, la reine ne sort plus du nid et seule une partie des ouvrières pourront être piégées ! Il en nait tous les jours un peu plus à partir de mi juin ! Et jusqu’à une centaine par jour en automne dont les femelles fondatrices de la saison suivante.
    Ce que montre aussi cette vidéo, c’est la tenacité kamikaze des frelons jusqu’au dernier, des frelons asiatiques ne s’échappent pas comme certains le pensent et le disent, confondant avec le frelon européen non kamikaze.

  6. J’ai trouvé l’axe d’arrivée des frelons dans mon jardin où j’élève deux ruches. J’ai encadré le passage avec deux pièces (1/3 bière,1/3 vin blanc, 1/3 sirop de cassis). Ils adorent et s’y suicident en masse avec délices! J’ai au moins triplé mon rendement antérieur pour les captures en modifiant les positionnements des bouteilles pièges.
    Mais je n’ai piégé que depuis début août car je n’en avais pas vu avant.
    J’ai aussi des raquettes de badminton.

  7. Destruction d un nid de frelon asiatique sur notre commune .il était à 70 cm du sol .dans quelque ronces prisent dans des barbelés.Nous l avons fait brûler.Le nid à était entièrement détruit.Seuls quelques uns sont revenus voir.bien évidemment nous étions protégés .Tous les ans nous posons des bouteilles avec sirop ,confiture, épluchures de poires,ils adorent, Nous leur faisons la guerre,car nous avons des abeilles,C galère,il faut y être sans arrêt.Aussi tout le monde devrait poser des pièges.

  8. j’ai pose 5 pieges (bouteille plastique coupee en 2 tres faciles a fabriquer avec quelques gouttes de miel ou dechets d’ananas plus de 50 frelons catures en 2 jours et aucune victimes d’autres insectes.ces frelons butinent sur deux nefliers du japon qui sont anormalement en fleurs en cettesaison.il faut PIEGER!!!!! GUJAN MESTRAS le 15 novembre 2016

  9. Bonjour,
    Il y a quelques jours mon mari a tué deux frelons asiatiques. Nous en avons vu d’autres. Mon mari est allé à la Mairie. La Secrétaire nous a informé qu’un voisin avait de nombreux frelons. Après une visite à ce Monsieur, il nous a montré le nid. Très impressionnant. Il est en haut d’un bouleau quasi inaccessible à plus de 20 m du sol et dans une cour en « picanne ». Le propriétaire du champs (selon ce voisin) a fait venir une entreprise privée. Cette entreprise ne peut pas intervenir étant donné la situation de l’arbre et l’abandon des terres ……… et le coût. Et maintenant comment faire ?????? Il y eu l’année dernière un énorme nid qui a été détruit. J’aurai besoin de votre aide. Je suis très allergique aux guêpes « vespula » et j’ai toujours de l’adrénaline sur moi. Je suis surprise que le Maire ne protège pa s ses concitoyens. Commune Hermival-les-Vaux (14100). Remerciements. Chantal B.

  10. Sur un arbre chez mon voisin, il y a un gros nid de frelons asiatiques qui menace les gens à proximité.
    Quel recourt ai-je pour lui faire détruire ce nid?
    Merci

  11. En réponse à Salvador… Le recours le plus intéressant, le moins coûteux, et le plus rapide à mettre en œuvre est de lire l’article sur la « découverte d’un nid en hiver, que faire ? » (http://anti-frelon-asiatique.com/piegeage/en-hiver-les-arbres-se-denudent-les-nids-apparaissent-que-faire/), quelques minutes de votre temps libre.
    Sinon, sachez tout simplement qu’il est trop tard pour penser exiger quoi que ce soit de votre voisin, le nid est vide et abandonné à jamais ! La seule chose à faire est de se préparer (tout le voisinage et pas seulement votre voisin) à capturer et éliminer les jeunes femelles fondatrices (quelques centaines), issues de ce nid lors de la saison passée, et qui sont entrain d’hiberner dans les parages (y compris chez vous éventuellement).
    Lisez donc et regardez les vidéos sur le BCP (Bac de Capture Préventive) et préparez-vous à organiser le dimanche 19 mars (veille du printemps), un « Apéro des Anti-Frelons » sans oublier d’inviter votre voisin ! Vous verrez cela améliorera énormément vos relations de voisinage, et vous n’entendrez plus parler de frelons asiatiques jusqu’au printemps d’après. d’ici peu sur ce site vous aurez la recette de « l’Apéro Frelon », service compris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>